Remerciements

« Avec beaucoup d’amour…
Voici mon message… »

Annick de Souzenelle et les membres de l’association ARIGAH se réjouissent de l’apaisement retrouvé avec Suzanne Renardat et Igor Ochmiansky. Qu’ils soient assurés de l’estime que nous leur portons et de notre reconnaissance pour les nombreuses années de travail et de collaboration au côté d’Annick, qui contribuent  à la transmission de son enseignement.

Honorer la liberté ?

« La désunion de l’union à la souffrance, voilà ce qu’est le Yoga »

Gisèle Siguier Sauné nous parle de la liberté à travers la Tradition de l’Inde !
Comment honorer la liberté ?
Intériorité et discernement : 2 moments essentiels et incontournables du chemin de la liberté spirituelle.

NOTRE-DAME de Paris

Le texte qui suit est la réponse d’Annick de Souzenelle aux questions et commentaires relatifs à l’incendie de Notre-Dame de Paris, commentaires relayés sur la page Facebook du groupe « Arigah »
( https://www.facebook.com/groups/arigah.groupe/ )

NOTRE-DAME a brûlé,
Le féminin a hurlé. 
L’inconscient collectif est interpellé. 
Il a fait mûrir le fruit de l’arbre de la connaissance, le dataïsme,
Et nous le mangeons, nous le dévorons. 
L’ayant fait mûrir par la voie extérieure sans l’être devenu, ayant donc méconnu les lois qui président aux différents niveaux du réel ainsi violés, nous les avons transgressées.
Nous allons muter. 
Toute mutation comporte mort et résurrection.
Nous abordons la face mort, ayant au cœur mémoire de résurrection, mais invités à entrer d’urgence dans sa dynamique. 

NOTRE-DAME est décapitée. 
La reine à son tour est détrônée 
Et lorsqu’on touche au féminin on touche à l’infini de son devenir. 
Nulle révolution ne peut éteindre ce feu.
Et tout discours s’y essayant est coupé net. 
C’est au tour du ciel de parler maintenant.
Que rouges et jaunes, noirs et blancs prêtent l’oreille. 

Car NOTRE-DAME ne sera plus objet de tourisme 
Ni pôle d’attraction olympique. 
Elle ne sera plus idole nationale à reconstruire mais conscience éveillée d’un peuple prêt à chercher en lui ce qu’il réclame du dehors, Petit-Poucet en face à face avec l’ogre qui le dévore, la peur. 

C’est le dedans qui est à reconstruire, que le dehors en soit le signe !
 

Annick de Souzenelle

Télécharger le texte